Que doit faire une mère ?

Parmi toutes les difficultés auxquelles font face les mères qui élèvent leurs enfants seules, la plus pénible est peut-être de s’attaquer à la compréhension actuelle concernant les pères. Le rôle du père n’est plus considéré comme étant seulement un rôle biologique et économique. Mais tandis que les recherches continuent de renforcer le fait que les hommes contribuent de manière unique et vitale à la vie de leurs enfants, il est impossible d’ignorer la réalité que certaines familles doivent fonctionner sans eux. Lorsque c’est le cas, les mères célibataires et leurs enfants doivent-ils en souffrir, ou une mère célibataire peut-elle élever des enfants heureux et en bonne santé ? Selon Kathy Stevens, directrice de la formation au Gurian Institute, elles le peuvent à coup sûr – et la mère célibataire devrait le savoir. Stevens, qui a élevé deux fils toute seule, a cosigné plusieurs livres sur les besoins des enfants. Elle s’est récemment confiée à Vision sur ce que peut faire une mère célibataire pour combler l’absence d’un père dans la vie d’un enfant.

« La famille étendue est le premier endroit où vous devez regarder », dit Stevens. « Y a-t-il des membres de la famille qui sont de bons modèles, qui sont disponibles et prêts à aider ? S’ils le sont, ils constituent la meilleure alternative parce que vous faites un lien avec l’héritage des enfants. » Ces personnes peuvent être des oncles, des grands-pères, des cousins, et même des frères plus âgés. Mais il faut que ce soit des personnes que vous voulez que vos enfants imitent, et elles doivent vivre près de chez vous pour pouvoir avoir une influence régulière.

Si ce n’est pas une option, Stevens recommande de choisir et de construire une famille étendue dans votre entourage : « Dans The Minds of Boys, nous avons beaucoup parlé du fait de construire une équipe menée par le parent et d’évaluer la qualité de membre de chacun », dit-elle. « Qui voulez-vous dans cette équipe ? Asseyez-vous avec chaque membre et dites-lui à quel point vous appréciez qu’il fasse partie de la vie de votre fils. Évoquez les choses que vous respectez et appréciez chez cette personne et faites-lui savoir que vous espérez que votre fils pourra voir ces choses. Même si ce ne sont que des amis, vous développez ce petit cercle pour qu’il devienne une famille étendue. »

Même si les garçons ont besoin d’hommes comme modèles biologiques, elle reconnaît que les filles ont également besoin d’aide. « À la fois les garçons et les filles ont besoin de leurs pères », indique-t-elle. « Il est certain que les filles ont tout autant besoin de leurs pères, mais elles en ont besoin pour différentes raisons. Il y a beaucoup de facteurs de risque pour les filles lorsque leurs pères sont absents, et ils sont biens décrits. Mais vous devez vraiment faire attention aux modèles masculins que vous choisissez pour les filles. Ces dernières sont plus souvent victimes d’abus sexuels que les garçons. »

Stevens met l’accent sur le fait que l’un des plus grands défis auxquels font face les mères célibataires est de réaliser que ce n’est pas admettre un échec que de reconnaître qu’elles ont besoin d’aide. « Vous pouvez être une mère formidable mais vous ne pouvez pas être une mère formidable et un père formidable », assure-t-elle. Elle recommande que les mères célibataires demandent de l’aide et qu’ensuite elles se tiennent un peu en recul et permettent que cette aide se déploie. Comme les mères mariées veulent parfois que les pères interagissent de manière féminine avec leurs enfants, les mères célibataires peuvent éprouver des difficultés à laisser assez de place pour les différences entre une éducation masculine et féminine. Mais de telles différences constituent en fait les raisons mêmes pour lesquelles les enfants ont besoin des deux modèles. Même dans les paramètres de standards similaires, il y a souvent beaucoup de place pour traiter certains problèmes de manière individuelle.

Même si ce peut être un vrai défi de trouver et développer des relations avec des personnes qui partagent vos principes moraux, Stevens propose d’apprendre à connaître les parents des amis de vos enfants. « Ce que j’ai vu avec mes garçons, c’est que ce sont les pères de leurs amis qui sont allés vers eux. C’était une bonne source pour les garçons et pour moi-même : parfois, lorsque mon fils faisait face à des choses que je ne savais pas gérer, ça me donnait quelqu’un à qui parler », confie-t-elle. Le chemin menant à ces relations peut consister tout simplement à permettre aux enfants de passer du temps avec leurs amis et les familles de leurs amis.

Les mères célibataires peuvent également faire participer leurs enfants à des activités qui développeront leurs intérêts et où ils noueront leurs propres relations avec les guides dont ils ont besoin. Mais de nouveau, il est important de choisir des activités où les personnes impliquées représenteront vos principes et standards moraux. « C’est ce qui va aider votre enfant à prendre des décisions sur le caractère : qu’est-ce qui est acceptable, qu’est-ce qui ne l’est pas ? », souligne Stevens. « Lorsque vous invitez des personnes à venir dîner chez vous, si votre enfant voit un homme qui a de bonnes manières, qui se comporte avec respect vis-à-vis des femmes qui l’entourent, ceci aura un impact. Les enfants examinent toujours les informations venant des personnes qui les entourent. »

Bien sûr, la responsabilité n’incombe pas seulement aux mères célibataires. Les parents mariés peuvent aider en ajoutant des familles monoparentales dans leurs cercles d’amis, et en s’occupant des enfants sans pères de leurs amis. Selon Stevens, « Chaque personne dans la communauté a des intérêts dans ces enfants. En fait, lorsque nous faisons des programmes pour les parents, je dis toujours aux pères présents dans la salle : ‘Si vous faites tout ce qu’il faut pour vos enfants, envisagez de vous occuper d’un autre enfant.’ Si chaque bon modèle masculin agissait ainsi, chaque enfant aurait quelqu’un. Je ne pense pas que les gens n’arrivent pas à le faire parce qu’ils s’en moquent. Ils n’arrivent pas à le faire parce qu’ils n’y pensent pas. »