La démocratie est-elle une garantie ?

Les interviews récemment menées en Europe pour le prochain film produit par Vision sur la série Messies ! Gouvernants et rôle de la religion ont mis l’accent sur la vérité troublante que l’humanité ne dispose d’aucune protection réelle contre la montée du totalitarisme. Même si la démocratie est le meilleur espoir que le communisme, le fascisme et le national-socialisme ne reviendront pas au pouvoir de manière significative, elle ne garantit pas pour autant que certaines formes de dictatures ne resurgissent pour hanter le monde. L’âge des dictateurs et de leurs systèmes est peut-être révolu, mais le totalitarisme reste une menace qui sommeille.

Les systèmes politiques les plus destructeurs du siècle précédent ont trouvé un terrain propice après la Seconde Guerre mondiale. Les bouleversements politiques, sociaux et économiques ont fourni aux hommes ayant des solutions totales un certain attrait ainsi que des opportunités. Le fait qu’ils aient adopté la violence pour atteindre leurs objectifs politiques fut généralement rejeté jusqu’à ce qu’il soit trop tard. Dans le cas de Hitler, il avait déjà exposé au monde entier sa haine féroce dans son manifeste Mein Kampf, mais peu de personnes pensaient qu’il arriverait un jour au pouvoir. Lorsqu’il est arrivé au pouvoir, par un processus démocratique, des hommes puissants l’ont soutenu en pensant à leur propre intérêt. Et le fait que son arrivée inattendue au pouvoir total ait eu lieu aussi rapidement dans un pays civilisé constitue déjà une bonne raison de se méfier de l’arrivée de nouveaux sauveurs totalitaires.

Nous avons interviewé Hans-Christian Täubrich et Eckart Dietzfelbinger, deux experts sur l’histoire du Troisième Reich. Ils ont fait remarquer que l’Union européenne, formée sur les ruines de la Seconde Guerre mondiale, a résolu le problème immédiat de l’inimitié entre la France et l’Allemagne et qu’elle a depuis amené plus d’un demi-siècle de paix pendant lequel 27 nations se sont unies selon un ordre démocratique unique. Leur espoir silencieux est que la démocratie vaincra. Pourtant ils ont tous les deux avoué qu’il n’était pas certain que des dictateurs ne reprennent un jour le pouvoir sous certaines conditions.

Un troisième historien de cette période a expliqué que la clé pour comprendre les années nazies est que Hitler a créé sa propre religion. Après avoir analysé les nombreuses déclarations du dictateur, Thomas Schirrmacher a compris que la guerre et la religion ont joué un rôle majeur dans sa pensée. Étudier Hitler comme étant le fondateur d’une religion de guerre est une approche relativement nouvelle. Comme nous l’avons vu dans nos séries, Hitler a utilisé des concepts religieux et une terminologie religieuse pour promouvoir sa cause.

« Saluer par ‘Heil Hitler’ était requis par une loi stricte… Mais seules quelques personnes qui ne sont pas allemandes réalisent que le terme allemand ‘Heil’ signifie ‘salut’… Même si certain ont essayé d’expliquer ‘Heil Hitler’ comme l’expression d’un souhait que Hitler reçoive le salut, la signification officielle était claire : Hitler est le salut de l’Allemagne et du monde. »

Thomas Schirrmacher, Ph.D., Th.D., “National Socialism as Religion” (2005)

L’idée selon laquelle les hommes devraient penser qu’ils sont des sauveurs ou des messies a un long passé. Le fait qu’ils devraient usurper le rôle de vrai Messie est quelque chose que Jésus a prédit dans une réponse qu’il fit aux questions de ses disciples sur le moment de la destruction du temple de Jérusalem, son retour et la fin des temps. Il leur dit entre autre : « Prenez garde que personne ne vous séduise. Car plusieurs viendront sous mon nom, disant : C’est moi qui suis le Christ. Et ils séduiront beaucoup de gens » (Matthieu 24 : 5). L’équivalent hébreu, Messie, signifie « celui qui est oint » ou « l’Oint ». Le Messie est celui qui est spécialement mis à part avec pour tâche de résoudre tous les problèmes humains. Matthieu 24 montre clairement qu’il doit encore revenir pour effectuer cette tâche. Par conséquent, toute personne qui se présente en contrefaisant le rôle et l’autorité future de Jésus est un faux messie. Très peu de personnages religieux ont agi ainsi. Par contre, il y a eu beaucoup de faux messies dans le domaine politico-religieux, et ils ont séduit beaucoup de gens. Parmi eux figurent les « grands dictateurs » du XXe siècle, méprisés à juste titre.

La leçon qui doit être encore apprise est la rapidité avec laquelle tout ceci peut de nouveau avoir lieu, en dépit de tous nos espoirs politiques. C’est pourquoi, au final, ce sera le vrai Messie qui délivrera l’humanité de la tyrannie et de l’oppression des hommes et qui provoquera le rétablissement de toutes choses (Actes 3 : 21).