Termes de théologie

Dogme - terme d'origine grecque - porte dans le Nouveau Testament diverses significations dont « opinion » , « principe » , « résolution » et « la loi » . Son usage dans Actes 16 : 4, dans le sens de décret apostolique à Jérusalem, a été reconnu par les Pères de l'Église au cours des siècles suivants (Theological Dictionary of the New Testament, traduit en anglais par Geoffrey W. Bromiley, Wm. B , Eerdmans, Grand Rapids, Michigan, 1986, sous « Dogma » ). Il s'agit donc d'une déclaration de la doctrine officielle de l'Église, qu'elle se fonde sur les Écritures ou non. Adolf von Harnack, historien de l'Église respecté qui écrivait il y a près d'un siècle, soutenait que tout le dogme était basé sur la philosophie spéculative grecque, hors de tout fondement biblique (Van A. Harvey, A Handbook of Theological Terms, Macmillan, New York, 1964, p. 73).

INCARNATION

« L'Encyclopaedia Britannica définit l'incarnation comme étant une doctrine chrétienne essentielle selon laquelle le Verbe éternel de Dieu (Logos), fils de Dieu, deuxième personne de la Trinité, est devenu homme en Jésus-Christ, qui fut alors véritablement Dieu et véritablement homme. Cette définition traduit certainement le sens dominant du terme dans la pensée des chrétiens. Toutefois, on peut douter que le concept puisse se trouver dans la Bible sous un sens aussi développé, puisqu'il présuppose clairement une doctrine complète de la Trinité ; or, celle-ci a été exprimée [seulement] aux IVe et Ve siècles de l'ère chrétienne » (The Anchor Bible Dictionary, publié par David Noel Freedman, Doubleday, New York, 1997, sous « incarnation » ).

GNOSTIQUES

« Les gnostiques voyaient en eux-mêmes l'élite, « peuple choisi » qui, contrairement à ceux qui s'attachent aux choses matérielles, étaient capables de percevoir le lien ténu entre l'univers (cosmologie), l'humanité (anthropologie) et le salut (sotériologie). La finalité de l'enseignement gnostique était que l'élu, aidé de la compréhension (gnôsis), pouvait se libérer des entraves de ce monde (dégageant l'esprit de la matière, la lumière de l'obscurité), et retourner ainsi à sa véritable demeure au Royaume de lumière - ce qui en soi est la signification du « salut » . Il ne s'agit pas de délivrance du péché et des offenses, comme en orthodoxie, mais de séparation de l'esprit et de la matière (hylo), notamment du corps humain. Au fil du temps, les gnostiques ont élaboré un cadre conceptuel cohérent, issu à la fois de leurs mythes et de leurs pratiques comportementales et cultuelles. Leur mythologie consistait en une « protestation exégétique » à l'encontre de traditions plus anciennes largement acceptées. Elle impliquait une réinterprétation des vieilles coutumes à l'opposé de leur sens initial. La pratique, par ailleurs, se caractérisait à la fois par leur génie ascétique dominant qui rejetait le monde, et par une limitation (au moins exigée idéologiquement) du rituel sacramentel traditionnel au bénéfice d'un salut obtenu uniquement par la compréhension (gnôsis) » (ibid. sous « Gnosticism » ).

DOCÉTISME

« Type de doctrine, dominant dans certains secteurs de l'Église à l'époque [du Nouveau Testament] et plus tard, selon laquelle Christ n'avait pas été fait chair. La doctrine pouvait prendre plusieurs formes : soit un refus de voir en l'humanité de Jésus davantage qu'une apparence (il semblait seulement avoir un corps matériel), soit l'enseignement que le Christ divin a pénétré ou enveloppé le Jésus humain - peut-être lors de son baptême - et s'est retiré de lui avant la crucifixion, sans jamais s'identifier réellement à lui. Ce type d'enseignement présupposait une vision dualiste du monde selon laquelle il aurait été impossible à un être divin de se revêtir de chair humaine » (J. Knox, The Interpreters Dictionary of the Bible, Vol. 1, sous « Docetism » ).

PRAXIS

« Praxis [...] exprime un acte, une transaction, une action considérée comme incomplète et en cours [...] Par opposition à pragma, ce qui a été fait, un acte terminé, par exemple dans Jacques 3 : 16 » (W.E. Vine, An Expository Dictionary of New Testament Words, Thomas Nelson, Nashville, 1952, sous « Deed » ). Il est intéressant de noter que le livre que nous appelons les Actes des apôtres est connu en grec ancien comme práxeis apostólon. Quand Jésus-Christ reviendra, il « rendra à chacun selon ses ouvres » (Matthieu 16 : 27).