Prescription pour la maltraitance des personnes âgées

Il y a quelques années, j’étais assis à côté d’une personne âgée dans notre congrégation locale – une personne qui souffrait beaucoup – et je lui ai demandé comment elle allait. Sans se plaindre, cette dame m’expliqua ce que je savais déjà : ses genoux la faisaient souffrir énormément. Malgré cette gêne évidente, elle faisait encore preuve d’humour par rapport à sa situation. « La vieillesse, ce n’est pas pour les mauviettes », dit-elle avec un pétillement malicieux dans les yeux. Il est évident qu’il faut de la foi, du courage, de la patience à toute épreuve et de l’humilité pour faire face aux difficultés liées à la vieillesse.

Les problèmes qui accompagnent souvent la vieillesse sont aggravés par notre société orientée vers les jeunes et dominée par les jeunes, une société qui dévalue la sagesse et la compréhension que, souvent, seuls l’âge et l’expérience peuvent apporter. Ainsi, les personnes âgées doivent non seulement gérer leurs capacités physiques qui diminuent et leurs handicaps qui augmentent, mais elles doivent aussi souffrir du manque de respect envers leur valeur en tant que personne.

Le manque de respect envers les seniors est un facteur qui contribue à leur maltraitance. Comme toute autre chose dans la vie, le respect envers les aînés doit être enseigné, appris et mis en pratique. Sur l’ordre de Dieu, Moïse instruisit le peuple de cette façon : « Tu te lèveras devant les cheveux blancs, et tu honoreras la personne du vieillard. Tu craindras ton Dieu » (Lévitique 19 : 32). Ceux qui rendent hommage de manière adéquate à Dieu, dont l’un des noms est l’Ancien des jours, rendront hommage et témoigneront du respect envers les personnes âgées.

Cette attitude est reflétée dans l’instruction pastorale que l’apôtre Paul donne à un jeune ministre nommé Timothée. Paul l’exhorta à ne pas réprimander « rudement le vieillard, mais exhorte-le comme un père… [et] les femmes âgées comme des mères » (1 Timothée 5 : 1-2). Ce conseil se base lui-même sur l’un des points cardinaux de la loi divine : « Honore ton père et ta mère » (Exode 20 : 12).

Concernant les membres de l’Église du premier siècle, Paul enseigna à Timothée la chose suivante : « Si une veuve a des enfants ou des petits-enfants, qu’ils apprennent avant tout à exercer la piété envers leur propre famille, et à rendre à leurs parents ce qu’ils ont reçu d’eux ; car cela est agréable à Dieu » (1 Timothée 5 : 4). Les soins que les parents prodiguent à leurs enfants dès la naissance jusqu’à ce qu’ils deviennent des adultes indépendants doivent être retournés lorsque les parents âgés, à cause d’un état de santé qui s’aggrave ou une certaine confusion mentale, sont forcés à devenir dépendants.

Être conscient de ces principes et les mettre en pratique aiderait à éliminer la maltraitance des personnes âgées.